Des idées on en a souvent; et la plupart du temps, elles surgissent alors qu’on ne s’y attend pas. On y pense un instant, on les triture un peu avant de vite les oublier ou du moins de les enfouir tout au fond de la pile de nos préoccupations.

Lorsque l’idée de créer une boutique en ligne pour les viticulteurs m’a traversé l’esprit, j’étais en train de passer la tondeuse.
Je n’ai pas été dérangé alors qu’elle se développait d’elle même dans ma tête.
Certes il a bien fallu vider quelques fois le panier d’herbe coupée et éviter les jouets des enfants mais l’idée est restée.
La réflexion s’est enclenchée.

Pourquoi ne trouve-t-on quasiment jamais LE vin qu’on cherche en vente sur internet?
J’imagine ne pas être le seul à avoir goûté un jour un vin qui me corresponde vraiment. Un vin dont on a envie de retenir le nom pour pouvoir se le procurer.
Une fois à la maison, on effectue une recherche sur internet et dans le meilleur des cas, on trouve le site de la propriété mais aucun moyen de commander.
Il y a bien un numéro de téléphone mais on est dimanche, on ne va pas déranger… et lundi on aura remis le doigt dans l’engrenage du quotidien…

Je me suis donc demandé quels étaient les freins qui retenaient les viticulteurs:
- « il faut s’y connaitre en informatique »
- « ça coûte déjà cher de faire un site! alors une boutique… »
- « j’ai pas le temps de m’en occuper »
- « et puis le paiement en ligne… j’ai pas confiance »
- « et les expéditions, le suivi des commandes et tout le bazar… »
- « sans compter les frais de transport qui découragent les clients »
( j’ai utilisé des guillemets car c’est en gros ce que m’ont dit les viticulteurs à qui j’en ai parlé).

 

Le cadre du projet était là:
Réponde à ces problématiques et créer un model économique qui satisfasse les besoins des producteurs, des consommateurs et qui me permette de dégager un revenu pour vivre et pour pérenniser cette nouvelle activité.